Cadrans solaires de la Sarthe

21/12/2020

Les cadrans solaires sont des objets vernaculaires qui participaient à la régulation de la vie de nos villes et de nos campagnes. S’ils sont évidemment moins utilisés aujourd'hui, supplantés par l’horloge mécanique, ils restent des éléments du patrimoine sarthois. 

Ils sont la découverte du mystère du déplacement de l’ombre sur une surface, la Table, grâce à une tige en métal, l’arête d’un corps, le Style, qui va engendrer une ombre. Quelquefois on y adjoint une plaque percée d’un trou (l’œilleton) par où passera la lumière. La surface, en général plane, peut aussi bien être un plan quelconque, cylindre, sphère ou autre. Y sont gravés ou peints les lignes horaires, les décors, les devises : cette réalisation picturale compose un tableau dont les couleurs sont agréables au regard.

Un peu d’histoire départementale. La majorité de nos églises sarthoises possédait un cadran solaire de réalisation plus ou moins élaborée, en fonction de l’époque de confection. La manière de vivre selon le soleil fut encore très présente jusqu’à la guerre 39-45.

Il est amusant de trouver sur les linteaux de portes de maisons rurales, les vestiges de gravures de lignes horaires accompagnées d’un gros clou pour ‘’indiquer l’heure’’.

Les grandes évolutions dans la détermination du temps, accompagnent les transformations dirigées des sociétés. Liée au soleil, spirituelle ou affective, cette recherche deviendra mécanique et artificielle avec l’avènement de l’horloge mécanique qui découpe le temps en unités de plus en plus petites. Les modes de vie seront assujettis à la planification des ‘’emplois du temps’’, appliqués à un groupe, une collectivité, qui participent à la réalisation de systèmes plus précis mais plus contraignants pour chaque individu. De raisonnements locaux, limités au château, au village, à la ferme, nous sommes passés à des rapports avec la Province, le Royaume, la Nation, le Monde qui nécessitent d’autres repères moins statiques. Le temps va épouser la vitesse et les phénomènes qui apparaissent en mouvements permanents.

Les cadrans solaires constituent une des richesses de notre patrimoine sarthois.

 

Cadran solaire de l'Abbaye de l'Epau

Sur cette face du XVIIIe il était possible de refaire un cadran avec des décors de cette époque, en s’inspirant des colonnes ioniques des lucarnes de ce bâtiment. De même la forme serpentaire du style en métal est intéressante par l’ombre qu’il engendre en fonction de l’heure de la journée.

 

Cadran solaire de Verneil-le-Chétif

Cadran solaire sur ardoise qui indique l’heure solaire vraie et le temps moyen.

Les détails du style ou gnomons sont très intéressants.

 

Cadran solaire de Saint-Mars-sous-Ballon

Église Saint-Médard du XIIIe au XVIe siècles. Ancien lieu de culte d'un prieuré de bénédictins. Il fut scellé dans le mur nord du bas-côté, à l’intérieur de l’église, pour le préserver de l’oubli.

 

Pour tout savoir des cadrans solaires de la Sarthe :

https://www.associationtemporasarthe.fr

http://michel.lalos.free.fr