Basket : l’ambiance d’un soir de match au Mans

19/03/2019

Sous ses airs de soucoupe volante, Antarès cache l’une des plus grande salle de basket de France. Pouvant contenir plus de 6 000 spectateurs, cet espace culturel et sportif du Mans tient plus de la fournaise les soirs de match du Mans Sarthe Basket (MSB).

Yves de La Fouchardière, directeur du groupe CAFEL (Les Fermiers de Loué), président du Conseil de surveillance du Mans Sarthe Basket (MSB) et membre du Club des Ambassadeurs de la Sarthe* nous raconte comment il vit les soirs de matchs à Antarès.

 

© Dominique Breugnot

 

Comment se passe l’avant match ?

Je me prépare systématiquement en enfilant des chaussettes orange tango et je lace mes lacets orange. Depuis que je suis président, je fais l’effort de porter le costume du club, puis je mets le signe distinctif, l’écharpe orange, autour du cou. Lors des matchs clés je mets bien entendu mon T-shirt orange. Il va nous permettre de changer la couleur de la salle.

J’arrive entre 15 minutes et une heure avant le match. J’ai besoin de prendre la température, d’observer la vie dans les couloirs du stade. J’entre progressivement dans l’ambiance. Enfin je salue certaines personnes. D’ailleurs, c’est étrange mais il y a des personnes que je ne croise qu’à Antarès. Nous sommes heureux de nous retrouver pour partager cette passion commune qui nous anime.

 

Où vous installez-vous et comment vivez-vous le match ?

Je suis sensé être dans la tribune d’honneur en tant que sponsor et président. Mais comme je suis quelqu’un de très agité et que je vis le basket de manière intense, je me colle contre un mur de manière à gêner le minimum de personnes. Je soutiens mon équipe, je commente à voix haute donc je peux comprendre que des gens qui voudraient un peu la paix puissent être gênés par ma présence. C’est ma façon de vivre ma passion.

 

Que criez-vous ?

Depuis quelques mois je suis président, je fais attention… mais je ne me tiens pas toujours. J’ai quelques phrases qui reviennent. Ce n’est vraiment pas méchant et ça fait marrer les gens autour. Quand un arbitre siffle à tort et à travers (même si je sais bien que le métier d’arbitre est très difficile au vue de la rapidité du jeu)  je le « traite » de « chef de gare ». Et quand il est trop mauvais ou qu’il a trop désavantagé notre équipe je le traite de « voleur de poule ! »

Il n’y a pas vraiment de chants de supporters au Mans. Il y a des olas, des clappings et puis le chambrage de fin de partie, «Ici c’est le Mans » quand on joue contre des parisiens.

 

Quel a été votre plus beau moment à Antarès ?

Le dernier match joué à domicile contre Monaco la saison dernière. Nous devions gagner mais nous avons perdu (69 – 78 ndlr). Dès la première minute, le public, tout d’orange vêtu, était au soutien de son équipe. C’était aussi bien que les supporters de Limoges, le meilleur public de France. C’était une belle ferveur partagée par tous. Toute la salle voulait la victoire. Il y a eu du suspense, c’était un moment incroyable même si cela s’est soldé par une défaite.

D’autres moments me reviennent en tête sur l’ensemble de la saison : quand nos grands, Youssoupha Fall, ou DJ Stephens, « l’homme du spectacle », ont claqué des dunks. Toute la salle s’est mise debout d’un coup, comme un réflexe.

Ce sont des moments rares qui nous font dresser les poils sur les bras !

 

© Dominique Breugnot

 

Pourquoi l’ambiance est-elle particulière ici ?

A Antarès il y a un esprit très famille. Il y a des afficionados bien sûr mais je n’ai jamais vu la salle insulter l’arbitre. C’est très bon enfant. J’y vais souvent en famille, avec ma femme, avant avec mes enfants et aujourd’hui avec mes petits-enfants.

Ce que j’adore dans ce sport c’est que finalement il gomme tout. Il efface notre appartenance à tel ou tel milieu. Je prends plaisir à côtoyer une personne que je n’aurais certainement jamais croisée autrement. Quand nous sortons d’une victoire, notamment lors des phases finales, on saute de joie ensemble, on se saute dans les bras. Ce sont de moments relativement rares, au-delà de la ferveur, des moments de fraternité et de bonheur partagé.

 

* Ouvert à tous, le Club des Ambassadeurs de la Sarthe réunit celles et ceux qui veulent participer à la promotion de la Sarthe et la faire rayonner en France et à l’étranger. Vous aussi devenez Ambassadeur de la Sarthe.

 

Pour tout savoir sur le Club des Ambassadeurs de la Sarthe :

https://www.sarthetourisme.pro/ambassadeurs/le-club-des-ambassadeurs-de-la-sarthe