Château de Courtanvaux : entre architecture Gothique et Renaissance | Sarthe Tourisme - Week-end, vacances, loisirs et sorties

Château de Courtanvaux : entre architecture Gothique et Renaissance

16/05/2019

Appuyé sur une colline au fond d'une vallée verdoyante, le château de Courtanvaux trône sur le Perche Sarthois depuis plus de 500 ans. Aux abords de la ville de Bessé-sur-Braye, ce château du début de la Renaissance impressionne par son architecture bien préservée. Sa parure de pierres de tuffeau lui donne des allures de château de la Loire et s'illumine dès que le soleil daigne percer les nuages.

Par Maxime

 

chateau-courtanvaux

© JP Berlose

 

Un peu caché, blotti au bout d'une allée d'arbre, le château accueille le visiteur par une poterne Renaissance du 16e siècle, flanquée de deux tours rondes, unique en France. Suivent deux bâtiments du 15e siècle, le cœur du château, avec des caractéristiques gothiques : toits élevés, fenêtres à moulures, lucarnes à frontons pointus...

Siège d'un grand marquisat de près de 650 hectares, le château aura vu se succéder 4 familles dont certains membres auront illustré l'Histoire de France. Parmi eux, François Michel Le Tellier, marquis de Louvois et ministre de la guerre sous Louis XIV.

 

chateau-courtanvaux-1

© Loïc Lagarde

 

Plus récemment, la famille Montesqiou-Faizansac, dont le célèbre Dartagnan faisait partie, a oeuvré à faire entrer le château dans le 20e siècle et plus particulièrement, l'épouse d'Odon Montesquiou-Fézensac, Marie Bibesco, la princesse Roumaine. Les historiens ne savent que peu de choses sur le passé de cette femme qui épousa Odon Montesquiou-Fézensac en 1867. Personne ne connait son visage car aucun portrait de cette princesse n'est parvenu jusqu'à nous et pourtant, elle s'est acharnée à marquer de son empreinte le château dans le but d'affirmer sa légitimité aux regards des mondains parisiens. Grâce à sa fortune personnelle, elle entreprend à la mort de son mari, des travaux qui vont considérablement moderniser le château et le rendre bien plus confortable.

 

chateau-courtanvaux-3

© Loïc Lagarde

 

On lui doit une enfilade de 4 salles de près de 50 mètres. Les 4 salles se succèdent, toutes décorées de manières différentes et dont la perspective est fermée par une grande cheminée où l'on retrouve sculptées les lettres M et B comme Montesquiou-Bibesco, preuve que la princesse roumaine souhaitait que l'on se souvienne de ce qu'elle y avait entrepris. L'une des salles comporte 850 années d'armoireries avec, chose rare et peu commune pour l'époque, le nom de toutes les femmes épouses des Montesquiou-Fézensac. La plus ancienne ainsi citée est Aurianne de la Motte née en 1080. Évidemment, Marie Bibesco y est présente avec ses armoiries aux deux aigles noirs.

 

chateau-courtanvaux-4

© Loïc Lagarde

 

On lui doit également l'installation de l'éclairage au gaz, le chauffage central à air pulsé avec chaudière par calorifère, l'eau courante, chaude et froide, deux béliers hydrauliques signés Ernest Bollée fils et le téléphone intérieur ! Ce dernier est d'ailleurs encore visible dans une des chambres du château. Un luxe inouïe pour la fin du 19e siècle.

 

La princesse décède en 1929 et 49 ans plus tard le château est vendu à la ville de Bessé-sur-Braye encore propriétaire aujourd'hui. Depuis, la ville transmet l'histoire singulière de ce joyau sarthois à travers des visites guidées et organise régulièrement, concerts, Cluédo géants, expositions et spectacles en tout genre.

 

Découvrir toutes les animations du château de Courtanvaux sur

http://www.chateaudecourtanvaux.com/pages/calendrier.html