L’Abbaye Royale de l’Épau demeure l’un des plus beaux exemples de l’architecture cistercienne en France. Autour de l’église abbatiale, du cloître et des bâtiments conventuels s’étendent le parc et les jardins. De nombreux évènements culturels animent l’abbaye tout au long de l’année.

Visiter l’intérieur de l’abbaye cistercienne

L’édifice construit en 1229 par Bérangère de Navarre, a préservé la quasi-intégralité de ses bâtiments. Insérée dans un parc de 13 hectares aux portes de l’Arche de la Nature, l’abbaye est un centre culturel d’envergure géré par le département de la Sarthe. 

La visite débute par le cloître qui conduit vers les différents bâtiments où vécurent les moines cisterciens pendant plus de 500 ans. On y découvre le chauffoir et sa cheminée aux proportions monumentales où les religieux venaient se réchauffer, lire et méditer. Le scriptorium était utilisé pour recopier et enluminer les manuscrits tandis que la salle capitulaire permettait à l’abbé d’y réunir les moines pour distribuer les tâches quotidiennes. 

La sacristie abrite les vestiges de peintures murales du 14e siècle où l’on peut encore distinguer quelques scènes religieuses. La visite se poursuit par l’église abbatiale de style principalement gothique avec ses grandes ouvertures et son vitrail en rosace. Le chœur abrite le gisant de la reine Bérangère, fondatrice de l’abbaye. En empruntant l’escalier des Matines, on accède au dortoir, une très vaste salle de 43 mètres de long sur 12 mètres de large qui s’étend au-dessus des bâtiments conventuels.

Une abbaye fondée par la reine Bérangère

En 1229, la reine Bérengère de Navarre veuve de Richard Cœur de Lion décide de construire une grande abbaye cistercienne non loin de la Cité Plantagenêt. Douze moines de l’Abbaye de Cîteaux viendront rejoindre celle de l’Épau. Alors que le chantier est déjà bien avancé, la reine meurt un an après, vers l’âge de 70 ans. Son corps est enterré dans l’abbaye qu’elle a fondée.

À la Révolution française, les derniers moines sont chassés et l’abbaye est vendue comme bien national. Transformée en blanchisserie puis en exploitation agricole, elle passe entre les mains de différents propriétaires avant d’être rachetée par le Département de la Sarthe en 1959.

Depuis son acquisition, un vaste programme de restauration qui se poursuit encore redonne à l’abbaye un second souffle. Elle joue aujourd’hui un rôle démocratique en accueillant les assemblées des conseillers départementaux et un rôle culturel important avec un programme riche en manifestations, conférences et expositions.

En visite libre ou guidée, découvrez l’architecture de l’Abbaye Royale de l’Épau avant d’explorer le parc et les jardins ou vous laisser tenter par une pause gourmande au Café des Moines. Un carnet de l’aventurier permet aux enfants dès 6 ans de découvrir l’histoire de l’abbaye tout en s’amusant !

Les grands évènements à l’Abbaye Royale de l’Épau

Chaque année au mois de mai, l’abbaye organise le Festival de l’Épau programmant une trentaine de concerts de musique classique avec musique de chambre, musique vocale et sacrée mais aussi musiques alternatives. L’Abbaye est aussi la scène du final de l’Europajazz qui se tient au printemps. Elle accueille également l’évènement original les Siestes Teriaki, un festival de deux jours dédiés aux musiques scénographiées.

L’abbaye organise différentes expositions temporaires autour des thématiques liées à la nature, à la culture et au patrimoine. La photographie occupe une place majeure dans la programmation avec des parcours photographiques dans le parc de l’abbaye.

Pour les fêtes de fin d’année, l’Abbaye de l’Épau revêt ses habits de lumière avec des décors lumineux féériques, spectacle et déambulations sonores dans les jardins. L’évènement des illuminations de Noël attire tous les ans plusieurs milliers de visiteurs.

La programmation de l’Abbaye Royale de l’Epau

Tout voir

Découvrir le jardin potager permacole

L’Abbaye Royale de L’Épau poursuit son héritage cistercien avec la création d’un jardin potager en permaculture. À l’instar des moines vivant en autarcie, l’objectif est de pouvoir fournir 100 % des légumes à l’espace de restauration du domaine : le Café des Moines.

Le jardin potager prend la forme de la rosace et des lancettes du chœur de l’abbatiale. Le choix de la permaculture est apparu comme une évidence pour ancrer le site dans le 21e siècle.

Différentes animations et ateliers sont proposés au public comme les visites dégustation du jardin permacole ou des conférences autour de la biodiversité.

• En tramway : ligne 2 direction Espal-Arche de la Nature, arrêt : Gué Bernisson

• En bus : ligne 6 direction Saint-Martin arrêt : Gué Bernisson